ÉCOUTER LES DERNIERS

ÉPISODES DU MANAL SHOW

passez à l'action

© 2019 LE MANAL SHOW. ALL RIGHTS RESERVED.

#08 LE BONHEUR AU TRAVAIL [LAËTITIA ROY]

November 11, 2017

 

Le bonheur au travail : utopie ou réalité ?
 
 

Le Manal Show, c’est votre capsule inspirante pour devenir la meilleure version de vous même !

 

Chaque semaine, je reçois des invités aux horizons différents et au parcours inspirants, qui partagent leurs conseils et leur expérience.  

 

Vous êtes de plus en plus nombreux à m’écouter, si vous aimez cette émission n’oubliez pas de vous abonner sur Soundcloud et Apple Podcast !

 

 

Dans cet épisode on va parler d’un sujet qui nous concerne tous : le bonheur au travail.

C’est une thématique qui me passionne parce que j’ai moi-même longtemps cherché à m’épanouir dans le domaine professionnel et je me suis posée beaucoup de questions à ce sujet.

 

Aujourd’hui on assiste à une nouvelle tendance, celle de mettre l’épanouissement des salariés au cœur des préoccupations de l’entreprise.

 

Pourquoi a-t-on cette prise de conscience ?

Le docteur Albert Schweitzer a dit « Le succès n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès ». 

Et si le bonheur au travail était devenue une stratégie complètement intéressée de la part des entreprises pour faire encore plus de profit ?

 

 

Dans la première partie nous allons développer cette idée autour du bonheur au travail qui peut parfois paraître trop galvaudé, pour comprendre ce que ça signifie vraiment.

 

Puis je recevrai mon invitée, Laëtita ROY, une jeune femme qui exerce un métier absolument étonnant : elle est formatrice en développeur de bonheur.

Elle va nous expliquer en quoi cela consiste et partager sa propre expérience, et vous allez voir qu’elle a un parcours assez atypique qui ne la prédestinait pas du tout à ce qu’elle fait aujourd’hui.

 

Dans la troisième partie, Juliette et Sofiane me rejoindront pour nous parler de ce qui a attiré leur attention cette semaine et qui pourrait améliorer notre quotidien.

 

Enfin je terminerai cette émission en vous donnant 5 conseils concrets pour vous sentir plus heureux au travail !

 

 

Et comme Mickael Jordan a dit : Certains veulent que ça arrive, d’autres aimeraient que ça arrivent, et quelques-uns font que ça arrive.

 

Cette émission dure 50 min et pas une de plus alors soyez attentif faites partie de ceux qui font que ça arrive ! Passez à l’action !

 

Le travail occupe une part plus que considérable de notre temps, on se lève généralement cinq jours dans la semaine – sinon davantage – pour aller au bureau, assister à des réunions professionnelles ou pour exercer toute autre activité liée à notre emploi.

Vous êtes-vous déjà demandé si vous étiez vraiment heureux au travail ?

 

C’est un sujet d’actualité qui semble intéresser de plus en plus les RH, qui souhaitent mettre l’épanouissement de leurs équipes au cœur de leur stratégie de développement.

 

Parce que oui, tous les sondages montrent que la majorité des français ne se sentent pas épanouis dans leur travail et contrairement à ce qu’on peut croire, ce n’est pas la question du salaire qui les préoccupent le plus !

 

J’ai voulu vérifier cette information directement en vous posant la question, je suis donc venue à votre rencontre dans la rue !

 

MICRO TROTTOIR

 

Ce sont donc les conditions de travail qui sont les plus importantes, ça englobent les relations avec les collègues et la hiérarchie,  un équilibre entre vie pro et vie perso et une reconnaissance de la part des supérieurs.  

 

Pour rappel, le mot « travail » vient du latin tripalium, un instrument de torture utilisé durant l’antiquité romaine … L’origine même du mot n’inspire pas vraiment la joie !

 

On nous a appris que le travail est un dur labeur auquel il faut se vouer durant des années en attendant patiemment la retraite mais ce schéma est en train de changer, avec l’émergence de l’entrepreneuriat et des start-up qui bousculent les mentalités.

 

Il semblerait que l’épanouissement des salariés est un facteur important de performance au sein d’une entreprise … et ça, ça change la donne !

Qui dit, salarié heureux dit plus de rentabilité pour l’employeur !

Donc trouver le bonheur au travail c’est profitable pour tous !

Alors je vous repose la question : vous êtes-vous déjà demandé si vous étiez heureux au travail ?

 

C’est un sujet qui concerne tout le monde, peu importe le métier ou le degrés de responsabilité.

 

Les relations humaines, les RH, semblent comprendre cet aspect et beaucoup d’entreprises veulent l’intégrer dans leur management.

Oui mais comment s’y prendre ? Par quoi commence-t-on pour rendre des salariés heureux ?

 

C’est avec une bonne dose de motivation et d’enthousiasme que Laura va nous expliquer d’où vient cette notion de bonheur au travail , ça dure 3min30 c’est la Story !

LA STORY DE LAURA

 

Aujourd’hui, on s’intéresse au sentiment de bonheur et d’épanouissement, au travail. Car il n’est pas donné à tout le monde de se féliciter d’être heureux dans sa vie professionnelle, et nous vivons à une époque où la question se pose, voir s’impose.

 

Revenons d’abord sur l’organisation du travail tel qu’on la connaît.

Avec la seconde révolution industrielle, de grandes entreprises émergent, rendant leur gestion plus complexe. La théorie des organisations apparaît au début du XXe siècle. Elle cherche à avoir une meilleure organisation de la production, mais aussi de meilleures performances pour l’entreprise qui est alors considérée comme une machine, dont les ouvriers sont l’un des rouages. Les principes de cette école sont : la division du travail ; la spécialisation des tâches ; l’unicité de commandement ; la hiérarchisation des fonctions. Inspiré de l’armée (forte hiérarchie, communication verticale, individus interchangeables…), le modèle d’organisation du travail vise à contrôler l'ensemble des salariés en leur attribuant des tâches limitées. Structure pyramidale, ce fonctionnement a peu évolué et pour beaucoup, il est oppressant. Aujourd'hui, employeurs comme employés doivent s'accommoder d'un système archaïque qui ne correspond plus à son époque et qui engendre de nombreux maux…

 

Absentéisme, mal-être, stress (aux USA, 75 à 90% des travailleurs consultent le médecin pour des raisons de stress au travail)... mais aussi dépression, vague de suicides dans les grandes entreprises et les fameux burn-out, que certains vont jusqu’à qualifier de mal du siècle. Aussi appelé « syndrome d’épuisement professionnel », le burn-out est un état de souffrance dans le travail, encore mal défini, qui combine fatigue profonde, désinvestissement et sentiment d’échec. Selon une récente étude de la CFDT, en France, 36% des personnes interrogées déclarent avoir déjà fait un burn out au cours de leur carrière. La moitié des gens considèrent que leur charge de travail est excessive et 69% jugent qu'on leur fixe des objectifs “plutôt intenables”. Enfin, plus de la moitié des personnes interrogées déclarent avoir déjà pleuré à cause de leur travail… Ça donne envie...

 

Seulement, ce n’est pas le travail en soi qui pose problème, mais bien la façon dont il est organisé. 82% des salariés français interrogés aiment leur profession et la juge utile. Le fonctionnement même de l’entreprise, sa verticalité, est par contre fortement critiqué. 70% d’entre eux ont l’impression d’être une machine… De manière générale, les interrogés souhaitent davantage d’autonomie et déplorent avant tout un manque de reconnaissance et des inégalités de salaire.

 

Mais dans ce climat de pessimisme général, tout n’est pas perdu ! Le bien-être du salarié devient une véritable problématique à laquelle on cherche des solutions. Certaines structures s’efforcent aujourd’hui de mettre en place des nouveaux modèles d’organisation plus démocratiques : pratiques égalitaires, suppression des niveaux de contrôle, climat de confiance, transparence… en bref, elles veulent réinventer la manière de travailler et mettre l'humain au centre de leur fonctionnement : ce sont les entreprises dites “libérées”.

 

C’est le cas de la biscuiterie Poult, dont tout le personnel a été invité (tout poste confondu), à effectuer un grand brainstorming pour répondre à la question “comment voyez-vous votre entreprise demain ?”. S’en est suivi un énorme réaménagement ! Des groupes de travail réguliers sont mis en place pour aller toujours plus loin dans l’amélioration de la qualité de vie dans l’entreprise.

Pareil chez Chronoflex à Nantes, spécialiste de la réparation hydraulique, où les employés ont été invité à se “ré-organiser eux-mêmes”. Résultat ? Autonomie totale des salariés : la hiérarchie est remplacée par de petites équipes autonomes (le patron est même parti faire un tour du monde pendant un an, pour prouver à ses employés que sa proposition était sérieuse). Mais aussi, la création d’un atelier bien-être où les salariés proposent eux-mêmes les thèmes à aborder et les solutions qu’ils envisagent. Le système de rémunération, premier problème évoqué, a été révolutionné.
Ces deux entreprises ont donc supprimé leur hiérarchie intermédiaire et laisse une autonomie totale aux salariés à propos des décisions prises pour améliorer leur productivité. (Et au passage, ces boîtes ne sont pas cotées en bourse).

 

Et si l’on s’y met de plus en plus, ce n’est pas (seulement) pour faire de ce monde un monde meilleur, mais bien parce que cela a de véritables conséquences en matière de résultats. (Chez Sogilis, une autre entreprise libérée Grenobloise, le chiffre d’affaires progresse en moyenne de 30 % par an depuis 2012. Pas mal, non ?)

 

Finissons avec la recette danoise du célèbre Chief Happiness Officer Alexander Kjerulf pour être épanouis au travail. Elle repose sur deux composantes : le succès et les relations. (Il faut noter que les Scandinaves sont les seuls au monde à avoir un mot pour dire “bonheur au travail”, mot que je n'essayerais pas de prononcer par respect pour eux).

On rappelle rapidement l’exemple Danois en matière de vision du travail : fort équilibre entre vie pro et vie privée, des procédures simplifiées, et un système social très égalitaire. (Là-bas, on choisit les places de parking par la loterie, et non en fonction de la hiérarchie…).

 

Bref, vous l’aurez compris, la tendance est à l’innovation : chief happiness officer, entreprises libérées… la satisfaction au travail est reconnue comme une composante de réussite et les entreprises commencent à se démocratiser, voir s’humaniser… Arrivera-t-on à un état d’osmose entre travail et travailleur ?

Et vous, vous sentez vous bien dans votre job ou êtes-vous déjà en train de prendre un vol aller simple pour une contrée scandinave ? En tout cas, osez en parler car le sujet est d’actualité !

Laura nous a parlé des pays scandinaves et je dois dire que cette culture m’a toujours intéressé. Je suis passionnée par la thématique du bonheur au travail depuis mes 18 ans, à l’époque j’avais une amie finlandaise qui me racontait des anecdotes et j’étais toujours épatée par les méthodes de management dans son pays.

Là-bas, on ne plaisante pas avec le bien-être !

 

Aujourd’hui, en tant qu’entrepreneur je m’inspire de cette culture et pour cause !

Le rapport mondial 2016 sur le bonheur (World Happiness Report) classait le Danemark en première position, quand la France pointait à la 32ème place !

Le secret ? Et bien il y en a plusieurs ! Tout d’abord il y a une forme d’égalité sociale qui facilite les relations entre les employés : on n’est jamais le supérieur de quelqu’un. Ce qui en découle c’est tout naturellement du respect, de la confiance et de la bienveillance, un cadre hyper agréable qui donne envie de se lever le matin.

Exit le modèle pyramidal, ici tout le monde se sent libre de s’exprimer !

Le travailleur scandinave est relax. Si ce n’est pas fini aujourd’hui, ça sera fait demain. D’ailleurs, les heures sup ne sont pas vraiment appréciées, elles sont plutôt synonyme d’une mauvaise organisation.

 

Autre chose hyper importante, il y a un vrai respect de la vie familiale, qui passe avant tout. Si vous avez besoin d’un jour de congé pour une urgence avec vos enfants, pas de problème ! D’ailleurs, petite parenthèse on voit beaucoup d’hommes au foyer au Danemark qui font ce choix en toute liberté.

 

Nous ici en France on a encore du chemin à parcourir … mais bonne nouvelle apparemment le bonheur au travail est une discipline qui s’apprend, au même titre que les mathématiques.

Et si je vous disais qu’il est possible aujourd’hui de suivre des cours ? C’est ce que propose l’UBAT, l’Université du bonheur au travail qui a lancé ses programmes de formation à Paris, un concept inédit qui séduit de nombreuses entreprises. 

Il y a aussi ce qu’on appelle les chief happiness officer, ou responsable du bonheur en entreprise, un nouveau métier née dans la Sillicon Valley qui tend à se développer dans les prochaines années.

La mission du chief happiness officer ? Faire en sorte que les salariés se sentent bien au quotidien et faciliter l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Sympa comme job vous ne trouvez pas ?

 

Bien sûr les espaces co-working apportent aussi leur pierre à l’édifice. Toujours plus innovants et originaux, les bureaux partagés proposent une autre façon d’appréhender sa journée de travail avec des services du type ateliers de sophrologie, massage, cuisine et des espaces détente pour jouer ou tout simplement se relaxer.

 

Ça me fait penser aux bureaux du groupe Metly, un média web, un endroit où vous pouvez croisez les chargés de clientèle dans la salle « jeux vidéos » devant la playstation ou sur le hamac devant la cafétéria.

 

Motivation, épanouissement, bien-être, c’est ce que j’entends pas « le bonheur au travail » et mon objectif est de partager avec vous des pistes de réflexion avec des actions concrètes à mettre en place.

Que l’on soit issu de la génération X, Y ou Z on aspire tous à être heureux et épanouis dans son travail !

 

C’est dans cette optique que j’ai invité Laëtita ROY, coach/formateur en développeur de bonheur, un métier atypique que j’ai hâte de découvrir. Elle va nous expliquer comment elle intervient auprès des personnes qui font appel à ses services et partager ses meilleurs conseils pour être plus heureux au travail ! Ce sera dans la seconde partie
Restez avec moi !

                                                                                 ÉCOUTER L'INTERVIEW 

                                                                                                   

CHRONIQUE DE JULIETTE : Conférence TED de Tom WUJEC

 

 

Je vais vous parler de la conférence de Tom Wujec ! 

 

Dans cette vidéo, il nous parle du « marshmallow challenge » : je sais pas si ça vous dit quelque chose ?

 

Ce Challenge consiste à faire une construction à partir de spaghettis et de de ficelle capable de soutenir le poids d’un marshmallow placer tout en haut. Ceci par équipe de 4 et dans un temps limité.

 

C’est une expérience qui oblige les gens à collaborer rapidement sans se connaître forcément bien. Situation qu’on peut facilement retrouver dans n’importe quelle structure de travail.

 

Chaque équipe fonctionne généralement de la même façon et vous allez sûrement vous retrouver dans ce que je vais dire.

 

Quand on commence un projet avec une équipe : 

La première étape est de conceptualiser le projet : on commence à voir à quoi ça va ressembler, comment on va le mettre en place etc… c’est aussi à ce moment qu’un membre de l’équipe essaye de s’arroger le pouvoir et donner les taches aux autres.

 

Ensuite l’équipe s’organise, met un plan en marche. C’est par exemple faire des croquis, lister le matériel etc…

 

Puis vient la partie construction qui est la plus longue mais aussi la plus importante où chacun assemble de son côté des parties. Dans le marshmallow challenge c’est le moment où les membres de l’équipe assemblent les spaghettis entre elles pour construire la tour.

 

Enfin quand c’est bientôt la fin de l’épreuve et l’équipe est à cours de temps, quelqu’un prend le marshmallow et le pose au dessus en espérant que ça tienne.

 

Et bien pour la plupart des équipes ça ne marche pas, la tour s’effondre en quelques secondes.

 

Quand on regarde ceux qui réussissent le moins bien à produire en équipe une tour stable, ce sont les étudiants fraichement diplômé des écoles de commerce.

Pourquoi ? Selon l’étude parce qu’ils passent leur temps à mentir, tricher, ils sont facilement déconcentrés et passent plus de temps à essayer de s’arroger le pouvoir dans l’équipe qu’à réellement construire la tour.

 

Et ceux qui réussissent le mieux, c’est très surprenant, tiens je serai curieuse de voir qui réussit le mieux à votre avis ?Et bien non ce sont les enfants tout droit sorti de maternelle.

 

Parce que les enfants contrairement aux adultes ne vont pas placer le marshmallow tout à la fin quand il n’y a plus de temps.

Le marshmallow c’est l’élément central de la chaîne de production.

Si vous avez du mal à visualiser c’est pareil pour toute entreprise qui veut produire un objet : que ce soit une voiture, un meuble, un jouet ou autre.

Les enfants, s’ils réussissent c’est parce qu’ils construisent des prototypes en mettant au centre le marshmallow. Ils prennent le marshmallow et voient ce qui marche ou pas. C’est comme ça qu’ils obtiennent les constructions les plus hautes mais aussi les plus stables. D’autre part, ils commencent tout de suite à essayer des prototypes sans passer par la case : qui va contrôler l’équipe.

 

D’ailleurs, dans les groupes composés d’adultes on remarque que si on place un administrateur, donc une personne qui va prendre les initiatives et créer une cohésion entre les membres et bien l’équipe obtient de bien meilleurs résultats.

 

Ce dont je parle concrètement à travers cette expérience, vous l’aurez sûrement compris, c’est le travail d’équipe. La question c’est quelles sont les recettes pour arriver au succès. Et bien il faudrait plutôt s’inspirer des enfants qui essayent plusieurs types de construction avant de trouver le bon. On voit que les adultes on est entraîné à chercher le seul plan exact et efficace et ensuite essayer de le mettre en place. Sauf que la plupart du temps ils se trompent, mettent le marshmallow en toute vitesse et tout s’effondre, c’est la crise.

 

Une des clés que je peux donner pour construire une équipe c’est relativement simple c’est de combiner des compétences spécifiques et de compétences de médiation, d’autant plus quand les enjeux sont élevés.

 

Pour ceux qui voudraient utiliser l’exercice du marshmallow pour leur entreprise ou leur équipe, (c’est peut-être plus économique que les séminaires de cohésion d’équipe), vous pouvez consulter la page marshmallowchallenge.com où vous trouverez les instructions pour construire votre tour ainsi que les records du monde, les constructions les plus folles etc...

 

 

Visionner la vidéo "conférence Ted"  

CHRONIQUE DE SOFIANE : Détendez-vous au Paname Art Café

 

 

Le Paname Art Café est vraiment le laboratoire de l’humour : cet endroit du 11eme arrondissement de Paris accueille depuis quelques années la crème des humoristes français mais aussi les futurs talents qui feront rire les spectateurs mainstream d'ici quelques mois ou années.

 

Situé dans la petite rue de la Fontaine du roi il a été lancé 2008, sous l'impulsion de Karim Kachour (manager) aidé de Kader Aoun (à la programmation qui a notamment travaillé pour le Jamel Comedy Club). Le Paname Art Café, est à la fois un resto-bar et véritable scène de l’humour à la française et le repère incontournable de la jeune garde des humoristes français.

 

De Mathieu Madenian, Fary, Norman, Nawell Madani, Donel Jack's man ou Bun Hay Mean l’endroit n'en finit plus d'attirer les artistes de tous horizons, débutants ou confirmés, venus faire tester punchlines ou derniers sketchs. Tout se passe en sous-sol où se situe une petite scène comprenant une cinquantaine de places.

 

Le Paname Art Café innove même au niveau de ses tarifs. Le prix de l'entrée ne coûte que le prix d'une boisson au bar. Pour entrer faut donc juste payer une conso !

 

Les stands-up sont gratuit, il faut juste s’inscrire au préalable sur internet (plateforme comme billet reduc ou digitick) pour éviter de ne pas pouvoir entrer les soirs d’affluence. Il y a des représentations culturelles tous les soirs puisque l’endroit est ouvert 7/7 de 9H00 à 2H00.

 

On peut également y découvrir de nouveaux ateliers de vernissages, des concerts de jazz en début de semaine. Car oui, le Paname Art Café c’est aussi un lieu pour se cultiver !

 

C’est vraiment un lieu bouillonnant d'énergie, de créativité et de talents. L’endroit parfait pour boire, manger des plats savoureux, bruncher, mourir de rire ou s’ambiancer du bon son pour se détendre l’esprit.

 

Je vous conseille vivement d’aller découvrir cet endroit tant pour ses talents de l’humour, que pour l’originalité du concept ou pour sa déco très tendance et urbaine. Sans oublier son restaurant sur réservation proposant des beaux plats de cuisine française revisités « faits maison » pour les plus gourmands !

 

 

Découvrez Le Paname Art Café 

5 CONSEILS POUR ÊTRE PLUS HEUREUX AU TRAVAIL

 

 

1/ Se fixer des objectifs.

La routine peut vite s’installer dans le cadre professionnel… et qui dit routine dit lassitude et donc manque de motivation. 

Se fixer des objectifs c’est une manière de se challenger pour avancer toujours plus loin.

C’est une bonne façon de développer vos compétences, apprendre de nouvelles choses, découvrir des qualités cachées … bref vous valoriser et avoir une meilleure estime de vous-même.

 

2/Choisissez un travail qui corresponde à vos valeurs.

Si vous exercez un métier qui contredit vos valeurs morales, il est évident qu’être heureux au travail sera une mission presque impossible.

Pour ma part, j’ai exercé durant quelques années dans des grands groupes où l’éthique ne correspondait pas vraiment à ma façon de voir les choses.

J’ai donc trouvé un environnement en adéquation avec mes valeurs, dans lequel je trouve du sens à ce que je fais au quotidien.

 

3/ Entretenez de bonnes relations avec vos collègues.

Pour la plupart d’entre nous, on passe plus de temps avec ses collègues qu’avec sa famille. C’est aussi le cas quand on travaille à son compte, on a beaucoup plus d’interactions avec les fournisseurs, les partenaires et les clients.

Il est donc important d’instaurer une ambiance chaleureuse et conviviale, un cadre de travail agréable qui donne envie d’y aller avec le sourire. Et si vous en avez l’opportunité faites appel à un chief happiness officer !

 

4/ Développer un esprit positif.

Facile à dire, pas si facile çà faire ! Détrompez-vous, VOUS avez les capacités de contrôler vos pensées en adoptant les bons réflexes !

Première étape : faire le focus sur les bonnes choses, ainsi votre cerveau se mettra automatiquement en mode « positive attitude » et vous chercherez des solutions aux problèmes plutôt que de les subir sans rien faire.

A la fin de chaque journée, faites le bilan et relevez les points positifs.

 

5/ Aménagez un espace de travail qui vous ressemble.

Je me suis déjà rendue dans des bureaux sans identité, assez froid, qui ne donnaient pas vraiment l’envie d’y rester toute la journée !

Que vous ayez un simple bureau ou un espace plus grand, n’hésitez pas à ajouter quelques éléments pour le personnaliser : de la déco, des meubles, des plantes, des livres, bref tous ces détails feront la différence !

 

 

Pour finir j’aimerais savoir quelle est votre définition du bonheur au travail ?

Un travail qui a du sens

Un manager bienveillant

Une bonne entente avec vos collègues

Un salaire à la hauteur de votre investissement

 

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux, facebook et instagram pour partager votre point de vue en commentaire !

J’espère que ces conseils vont vous aider à être plus heureux au travail ! 

 

Et n’oubliez pas, ne restez pas passif passez à l’action !

 

Si cette émission vous a plu vous pouvez abonnez-vous sur Apple Podcast et Soudncloud, vous êtes de plus en plus nombreux à me rejoindre et ça m’encourage à continuer   !

 

Nous on se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel épisode !

 

D’ici la on reste en contact sur la page Facebook Le Manal Show ! Ciaooo !  

LES RÉFÉRENCES DONT ON PARLE

 

Laëtitia ROY, Coach / Formateur en développeur de bonheur

 

Livres:

- Comment se faire des amis

Les quatre accords toltèques

 

L'Université du Bonheur au Travail 

 

Tom WUJEC : conférence TED X

 

Le Paname Art Café 

 

 

 

Facebook
Twitter
Please reload

  

Chaque semaine recevez mes emails privés GRATUITEMENT

Un à deux mails par semaine pas plus !

NE MANQUEZ AUCUN ÉPISODE!

IL Y'EN A D'AUTRES...

1/2
Please reload